La vraie-fausse non-consigne – the true-false non-vote of Marine Le Pen

Une actuelle d’LeMonde que me donnent un peu des difficultés (je me suis passé deux jours).   Il y a des parties d’ un  discours par Marine Le Pen, lequel je n’ai pas trouvé faciles.  Je pense qu’il est meilleur d’avoir en plus de deux partis politique, comme eux États-Unis.  Il y a plus des choix entre les candidates, et en plus des lieus où ils se chevauchent.  (Et, j’ai quelque chose très amusant pour ma poste prochaine.)

La vraie-fausse non-consigne de vote de Marine Le Pen

The true-false non-voting “vote” of Marine Le Pen

Le Monde.fr | 01.05.2012 à 18h09 –  Mis à jour le 01.05.2012 à 18h44

Par Abel Mestre et Caroline Monnot

Marine Le Pen sait qu’elle fera mouche lorsqu’elle lance, aux plusieurs milliers de personnes rassemblées pour l’écouter place de l’Opéra, à Paris, mardi 1er mai : “Quel effet cela vous fait de passer d’idiots qui votent Marine Le Pen à celui d’arbitres de l’élection présidentielle ? Quel effet cela vous fait de passer du statut de ‘fachos racistes xénophobes’ à celui de ‘Français ayant de vraies préoccupations et à qui il faut parler’ ?” Et d’enchaîner : “Voyez les mines déconfites des tenants de l’oligarchie !”

Marine Le Pen knows that she will hit when she fires, with several thousand people assembled to listen at the Place de l’Opera, in Paris, Tuesday, the first of May: “What does it feel like to go from idiots who vote for Marine Le Pen to the referees of the Presidential election?  What does it feel like to go from ‘fascist racist xenophobes’ to ‘French with real concerns which must be discussed’?” And adds: “Watch the bombs blow up the beliefs of the oligarchy!”

Plus nombreux que l’an dernier, le public est venu pour ça. Célébrer ce qu’il estime être “l’extraordinaire réussite dans cette élection présidentielle”. Leur ancienne candidate n’a eu de cesse de leur répéter : les résultats du 22 avril sont “enthousiasmants” et annoncent, pour l’avenir, “une victoire inéluctable”. “Notre rôle fut et sera immense, essentiel et historique”, a-t-elle notamment lancé.

More numerous than the year before, the people have come for that.  To celebrate what is thought to be “extraordinary success in this Presidential election.”  Their former candidate didn’t stop repeating to them: the results of April 22 were “exciting” and announced for the future, “an inevitable victory.”  “Our role was and is going to be huge, important, and historic,” she noted at the beginning.

Un passé simple pour Jean-Marie Le Pen, un futur pour elle. Une manière de signifier aux militants, que, depuis le premier tour, c’est elle qui écrit l’histoire du FN et qu’elle a bel et bien repris le flambeau en assumant une certaine continuité. Toute son intervention d’une heure a été émaillée de petits clins d’oeil au FN des années 1990. Elle a ainsi repris, le fameux “tête haute, mains propre”, slogan fétiche de son père, dont l’entrée en scène a été précédée, comme autrefois, par le Choeur des esclaves du Nabucco de Verdi.

A simple past for Jean-Marie Le Pen, a future for her.  A way of saying to the militants, that, from the first round, it’s she that writes the story of the NF and she who indeed takes the flame and assures some continuity.  Throughout her speech of an hour, she punctuated with small nods to the NF of the 1990s.  She has also retaken the famous “head high, hands clean” slogan loved by her father, and her entrance to the event was preceded by, as before, with the “Choir of the Nabucco Slaves” by Verdi.

“A 40 %, NOS IDÉES SERONT AU POUVOIR”

AT 40% OUR IDEAS WILL HAVE POWER.

Dans cet exercice un brin nostalgique, l’auditoire était au diapason, scandant à plusieurs reprises “communistes assassins”, à l’évocation de Jean-Luc Mélenchon. Comme jadis encore, l’allure des participants a été beaucoup moins contrôlée. On a revu lors du défilé précédant le discours, des croix celtiques, des skinheads, des hooligans, toute choses qui avaient été bannies l’an dernier. Avec son score personnel, a pour autant assuré Marine Le Pen, “rien ne sera plus comme avant”. “A 15 %-20 %, ils parlent comme nous, à 30 %-35 % ou 40 %, nos idées seront au pouvoir”, a-t-elle déclaré sous les clameurs.

In this somewhat nostalgic exercise, the audience was in sympathetic, several times shouting “communist assassins” at the mention of Jean-Luc Mélenchon.  Like previous gatherings, the temperament of the crowd was barely controlled.  Taking a look at who was ahead in line to entrance of the speech, Celtics crosses, skinheads, hooligans, all those who would have been banned last year.  With her own personal score, which Marine Le Pen assures, “is like nothing that has come before.”  “At 15%-20%, they speak like us, at 30%-35%, or 40% our ideas will have power,” she says before the listening crowd.

Sur la place de l’Opéra, on veut avant tout savoir ce que Marine Le Pen va dire sur le vote du 6 mai. Ce n’est pas que l’assistance, plutôt militante, n’ait pas fait son choix qui oscille entre l’abstention et “un vote tactique” pour François Hollande. Mais c’est le message adressé aux finalistes qui est attendu. Dans les rangs, on savoure sa revanche.

On the Place de l’Opera, one wants above all to know how Marine Le Pen is going to vote on May 6th.  It’s not that assistance, often militant, has not made her choice, oscillating between either abstention and “a tactical vote” for François Hollande.  But it’s message given to the finalists who are waiting.  In the ranks, one can taste her revenge.

“Dimanche, je voterai blanc”, conclut-elle, après une longue démonstration où les coups les plus durs et les plus appuyés sont portés à Nicolas Sarkozy. Un président sortant qui, selon Mme Le Pen, “n’a pas seulement fait mal aux Français, mais qui leur a fait honte. Et qui tente aujourd’hui de se travestir maladroitement en homme du peuple (…) Il y a là une escroquerie électoraliste suprême.” “Nous parlions frontières, ils hurlaient à la mort. Toutes les caricatures y sont passées. Nous voulions sortir de Schengen, ils nous répondaient ‘liberté de circulation’. Nous parlions ‘présomption de légitime défense pour les policiers’, ils nous répondaient ‘permis de tuer, bavure'”, a continué Mme Le Pen, en visant, sans le dire, l’UMP.

“Sunday, I’m voting nothing,” she concludes, after a long speech with the hardest blows, and the most relied upon, aimed at Nicolas Sarkozy.  An out-going President who, according to Ms. Le Pen has, “Not only done wrong to the French people, but made them ashamed.  And who tries today to disguise himself awkwardly as a man of the people … It is a supreme election sham.”  “We spoke of borders, they screamed of death.  All caricatures are over.  We wanted to get out of the Schengen convention, they responded with “freedom of movement.”  We spoke of “presumption of legitimate defense,” they responded to us with “license to kill,” continued Ms. Le Pen, referencing, without saying in so many words, the UMP.

“Nous parlions ‘hommes, femmes, enfants, souffrances’, ils nous répondaient ‘courbes, marchés financiers et CAC40’. Et en quelques jours, tout cela aurait changé ?”, a fait mine de s’interroger la présidente du FN, qui connaît son affaire et s’interrompt volontiers, pour laisser le temps à la foule, de siffler chaque mention ou allusion à M. Sarkozy. Nathalie Kosciusko-Morizet, citée deux fois par la leader frontiste, a connu le même sort.

“We spoke of ‘men, women, children, the poor,’ they responded to us with ‘curves, big business, and CAC40.’  And in a few days, all of this has changed?” are the questions of the President of the NF, who knows her speech, and is occassionally interrupted, to allow time for the crowd to whistle with each mention or reference to Mr. Sarkozy.  Nathalie Kosciusko-Moritzer, referenced twice by the NF leader, got the same treatment.

“NI DROITE, NI GAUCHE, FRONT NATIONAL !”

NEITHER RIGHT, NOR LEFT, FRONT NATIONAL”

Tout en renvoyant dos-à-dos les “deux candidats du système”, la présidente du FN a assuré le minimum syndical s’agissant de François Hollande. Elle a fustigé “l’abandon sans vergogne” par la gauche des “petits, des retraités, des catégories populaires”. “Une effroyable trahison”, résume-t-elle.

When referring back to the “two candidates of the system,” the President of the NF promissed the bare minimum with respect to François Hollande.  She blasted the “shameless abandonment” by the left of the “children, the retired, the working class.”  “A terrible betrayal” according to her.

Marine Le Pen a même semblé s’employer à désamorcer l’argument phare de l’UMP pour attirer les électeurs FN, à savoir, le droit de vote des étrangers aux élections locales promis par le PS. “Est-ce républicain de faire semblant de s’opposer au droit de vote des étrangers mais de fabriquer 100 000 nouveaux Français par an qui voteront [à toutes les élections]”, a-t-elle attaqué. “Ni droite, ni gauche, Front national”, entendait-on crier à intervalles réguliers, ainsi que “Sarko, Hollande, c’est pareil”.

Marine Le Pen has even seemed to defuse the argument used by the UMP to gain the electors of the NF, namely, the right to vote to foreigners to local elections promised by the SP.  “It is republican pretending to oppose the right to vote to foreigners but to create 100,000 new French per year who vote [in all elections]” she attacks. “Neither right, nor left, National Front.” one hears shouted at regular intervals, along with “Sarko, Hollande, they’re the same.”

“Notre espoir ne se concrétisera pas dimanche prochain, au fond de vous, vous le savez pertinemment. Notre véritable combat, notre espérance, réside dans la bataille des législatives”, a poursuivi Mme Le Pen. La présidente du FN votera blanc “à titre personnel”. A la vérité, tout son discours a visé à dissuader son auditoire de voter pour Nicolas Sarkozy et de lui permettre la victoire. En somme, une vrai-fausse non-consigne de vote.

“Our hope will not be realised next Sunday, inside yourselves, you know this exactly.  Our true battle, our hope, resides in the legislative battle,” argues Ms. Le Pen.  The President of the NF will vote blank “personally.”  In truth, all her speech related to dissuading her audience from voting for Nicolas Sarkozy and letting him win.  In sum, it’s a true-false non-vote “vote.”

Vocabulaire

le brin – a small amount, tiny bit

faire mouche – to hit (as in, a target)

de faire semblant de – to pretend to

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s