étroitement – closely

Comme tout le monde connaît, M. Hollande a gagné la présidentielle. J’ai eu beaucoup surpris, parce que tous les Français avec qui je l’ai parlé ont pensé que Sarkozy serait gagner. Je l’ai pensé la même chose. Mais, j’ai entendu quelle ques jours avant le deuxième tour que les sondages ont donné le piste à M. Hollande. Voici, c’est une nouvelle dans Le Monde, lequel donne la réponse d’Allemande à la victoire de M. Hollande.

Merkel accueillera Hollande “les bras ouverts”, mais refuse de renégocier le pacte budgétaire

Merkel welcomes Hollande with “open arms,” but refuses to renegotiate the budget agreement.

Le Monde.fr | 07.05.2012 à 13h20 • Mis à jour le 07.05.2012 à 13h52

L’Allemagne a posé, lundi 7 mai, ses conditions au président français élu, François Hollande, en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de “croissance par les déficits”. Peu après, la chancelière allemande, Angela Merkel, indiquait qu’elle accueillerait M. Hollande “les bras ouverts”, assurant qu’elle travaillerait étroitement avec lui.

Germany gave, Monday, May 7th, its conditions to French President Elect, François Hollande, exlcuding any renegotiation of the European budget agreement and any initiative resulting in “deficit growth.” Soon after, the German Chancellor, Angela Merkel, said that she welcomed Mr. Hollande with “open arms,” assuring that she would work closely with him.

Continue reading

Advertisements

La vraie-fausse non-consigne – the true-false non-vote of Marine Le Pen

Une actuelle d’LeMonde que me donnent un peu des difficultés (je me suis passé deux jours).   Il y a des parties d’ un  discours par Marine Le Pen, lequel je n’ai pas trouvé faciles.  Je pense qu’il est meilleur d’avoir en plus de deux partis politique, comme eux États-Unis.  Il y a plus des choix entre les candidates, et en plus des lieus où ils se chevauchent.  (Et, j’ai quelque chose très amusant pour ma poste prochaine.)

La vraie-fausse non-consigne de vote de Marine Le Pen

The true-false non-voting “vote” of Marine Le Pen

Le Monde.fr | 01.05.2012 à 18h09 –  Mis à jour le 01.05.2012 à 18h44

Par Abel Mestre et Caroline Monnot

Marine Le Pen sait qu’elle fera mouche lorsqu’elle lance, aux plusieurs milliers de personnes rassemblées pour l’écouter place de l’Opéra, à Paris, mardi 1er mai : “Quel effet cela vous fait de passer d’idiots qui votent Marine Le Pen à celui d’arbitres de l’élection présidentielle ? Quel effet cela vous fait de passer du statut de ‘fachos racistes xénophobes’ à celui de ‘Français ayant de vraies préoccupations et à qui il faut parler’ ?” Et d’enchaîner : “Voyez les mines déconfites des tenants de l’oligarchie !”

Marine Le Pen knows that she will hit when she fires, with several thousand people assembled to listen at the Place de l’Opera, in Paris, Tuesday, the first of May: “What does it feel like to go from idiots who vote for Marine Le Pen to the referees of the Presidential election?  What does it feel like to go from ‘fascist racist xenophobes’ to ‘French with real concerns which must be discussed’?” And adds: “Watch the bombs blow up the beliefs of the oligarchy!” Continue reading

le Front national (FN) – the National Front (NF)

And yes, yet another article from FranceSoir discussing Nicolas Sarkozy’s relationship with the right.  The tone of this article has a much more editorial feel to it than most I’ve read lately.  I find this editorial tone a bit more colloquial, and thus a little more difficult to translate, though this is a much shorter piece than what I’ve been doing lately.   One phrase which I found interesting, which I translated literally, as it does make sense in a way, is “il faut se boucher le nez.”   That is to “pinch one’s nose.”  Sarkozy is here saying that they have to talk of difficult things without pinching one’s nose – to face the hard facts.

Présidentielle second tour : La “bombe FN” menace de faire exploser l’empire Sarkozy

Presidential elections, round 2: The “FN bomb” threatens to blow-up the Sarkozy empire.

Nicolas Sarkozy confirme qu’il n’y aura « aucun accord » avec le Front national, mais il se dit scandalisé que la gauche prétende lui interdire de s’adresser aux électeurs de Marine Le Pen.

Nicolas Sarkoxy confirms that there would not be “any deal” with the National Front, but he said that he’s outraged that the left believes they can forbid him from talking to supporters of Marine Le Pen.

« Je refuse de diaboliser des hommes et des femmes qui, en votant pour Marine Le Pen, ont exprimé un vote de crise, un vote de colère, un vote de désespérance. Je dois en tenir compte, je dois les écouter, je dois les entendre et pas considérer qu’il faut se boucher le nez », a martelé mercredi matin sur France-Info Nicolas Sarkozy. Et le « président-candidat »-décidé à se battre jusqu’au bout même si les sondages, en l’état, ne lui laissent rien entrevoir de bon pour le 6 mai- de préciser qu’il n’y aura « aucun accord » avec le FN ni, s’il est réélu, aucun ministre FN au gouvernement, mais qu’il « revendique le droit » de parler à ceux qui ont voté Marine Le Pen au premier tour: « A partir du moment où la République autorise Marine Le Pen à être candidate, c’est que le Front national est un parti démocratique. Sinon, on ne l’autoriserait pas. Il faut être cohérent ».

“I refuse to demonize the men and women who, by voting for Marine Le Pen expressed a vote of crisis, a vote of anger, a vote of desperation. I must take this into account, I must listen to them, I want to hear them and consider that we must hold our noses.” hammered away again Nicolas Sarkozy Wednesday morning on France-Info. And, the “presidential candidate” decided to fight on despite the polls in the state no longer forseeing anything good on the 6th of May – indicated there will not be “any deal” with neither the NF, if he is reelected, no NF Minister in the government, but he “reservers the right” to speak to thowe who voted for Marine Le Pen in the first round: “From the beginning, when the State allowed Marine Le Pen to be a candidate, the National Front is a democratic party. If not, they would not have allowed it. You have to be consistent.”

Continue reading

La percée – breakthrough

Here is an article from LeMonde discussing the growing rise of the National Front and “populism” (which I believe should be more correctly termed “nationalism” here), in France, and the concern it raises for the leadership of the EU.  See the note in the Vocabulaire discussing “Schengen.”

Bruxelles s’inquiète de la montée d’un populisme anti-européen

Brussels is concerned with the rise of anti-European populism.

Le Monde.fr | 24.04.2012 à 12h35 – Mis à jour le 24.04.2012 à 16h02

Par Philippe Ricard et Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, Luxembourg Bureau européen)

La percée de Marine Le Pen et la droitisation de Nicolas Sarkozy ont suscité de vives réactions en Europe, lundi 23 avril. Sur fond de montée en puissance de l’extrême droite chez les Vingt-Sept, les responsables européens s’inquiètent de la force du Front national et de l’énergie déployée par le président sortant pour tenter de séduire cet électorat, afin de combler son retard sur M. Hollande.

The breakthrough of Marine Le Pen and the rightward shift of Nicolas Sarkozy has given rise to strong reactions in Europe, as of Monday, April 23th. Based on the rise in power of the extreme right on the 27th, European leaders are concerned with the strength of the National Front and the effort spent by the President to attract that electorate, to address his lagging behind Mr. Hollande.

Continue reading

les apparences – appearances (as in, looks)

Ici, c’est des nouvelles sur les apparences de deux de la candidats présidentielle, et quelle leurs vêtements ont dire sur eux. C’était dans LeMonde.fr.

J’imagine, que dans les Etats-Unis, il y aurait un grand furor si l’une de la canidates étaient d’une femme et tout le monde parlait de leurs apparences.

Présidentielle : le match des apparences

French Presidential Elections: The game of appearances.

LE MONDE | 20.03.2012 à 14h11

Par Catherine Maliszewski

Depuis quelques semaines, pas un jour sans qu’un candidat à la présidentielle vienne tenter de nous séduire sur le petit écran. Et si on coupait le son ? Il resterait la silhouette, l’expression, le geste. Et l’occasion de décrypter l’image que souhaitent donner d’eux-mêmes les différents candidats.

For the past serveral weeks, not a day has gone by without one of the Presidential candidates attempting to seduce us on the small screen. And if you turn off the sound? What remains is the outline, the expression, the gestures. And the opportunity to decode the image which the different candidates wish to give of themselves.

Continue reading

les ralliements – support, rallying

The Presidential election is drawing near in France.  I have to confess that I am enjoying watching the process as it unfolds since I love politics.  Yet because I am not a citizen, I do not have the depth of emotional attachment.  This allows me take the results far more objectively.  This is an article from LeMonde with describes the outrage over former members of Sarkozy’s cabinet who have said they would vote for Hollande.  This kind of split with the party would be almost unheard of in the U.S.  I am also fascinated by the way these politicians have been using Twitter.  I am not aware of U.S. politicians doing the same, though perhaps it’s just my own ignorance.

L’UMP “indignée” par les ralliements de ministres d’ouverture à Hollande

The UMP “indignant” over the support of Cabinet Ministers for Hollande.

Le Monde.fr avec AFP | 18.04.2012 à 15h17 | Mis à jour le 18.04.2012 à 15h40

Par Alexandre Lemarié

Fadela Amara, Martin Hirsch, Corinne Lepage… La liste des personnalités ayant participé à des gouvernements de droite disant qu’elles voteront François Hollande ne cesse de s’allonger.

Fadela Amara, Martin Hirsch, Corinne Lepage… the list of individuals who are part of the government on the Right who say they will vote for François Hollande does not stop getting longer.

Ces soutiens tardifs suscitent des réactions indignées au sein de la majorité. La plupart concernent l’ancien haut-commissaire aux solidarités actives (2007-2010), Martin Hirsch, critiqué pour avoir annoncé dans Le Monde son intention de voter pour celui qui caracole en tête des sondages.

The latest support [from the right] gives rise to indignant reactions on the part of the Majority. Most concern the former High Commissioner of Active Solidarity (2007-2010), Martin Hirsch, criticized for having said in Le Monde his intention to vote for who is ahead in the polls.

Continue reading